En visite à Saintes

Saintes est une petite ville antique située en plein cœur du Poitou-Charente. Y ayant passé l'essentiel de ma jeunesse, il s'agit de la ville que je connais le mieux. Mais paradoxalement je n'y avais consacré aucun article jusqu'ici.

J'ai donc mis à profit quelques jours cet hiver pour passer un peu de temps dans les rues et créer les images dont j'avais besoin.


Afficher une carte plus grande

DANS LES RUES PIÉTONNES

La ville est traversée par la Charente, un fleuve qui se jette dans l'océan Atlantique. Les quartiers historiques sont plus nombreux du côté de la rive gauche, car c'est ici que la première cité antique s'est développée en premier.

On y trouve 2 grandes rues piétonnes :

  • la rue Alsace-Lorraine, qui relie l'église Saint-Pierre au palais de justice
  • la rue Victor-Hugo, qui part de la Charente et rejoint la rue Alsace-Lorraine

Ces rues sont très commerçantes. On y trouve aussi de très anciennes bâtisses comme ici le musée de l'Échevinage qui a été l'hôtel de ville par le passé.

Musée de l'Echevinage

Je vous encourage à emprunter la multitude de ruelles qui gravitent autour des deux axes piétons. Certaines églises, restaurants ou commerces y sont bien cachés et la promenade est très agréable.

Rues piétonnes de Saintes

Parvis de la médiathèque de Saintes

Ruelles de Saintes

LE THEÂTRE

Le théâtre "Gallia" se situe le long du Cours National, l'une des avenues de Saintes. Le bâtiment est un rare représentant du second empire. Son coffrage vert est issu d'un gros ravalement il y a 15 ans.

Théâtre Gallia

Escaliers du théâtre Gallia

Face arrière du théâtre Gallia

SUR LES HAUTEURS DE SAINTES

La rive gauche de Saintes a aussi pour particularité d'avoir été bâtie sur une grande colline. En se rendant aux bons endroits on peut admirer les dessus de la ville.

La médiathèque

Si emprunter des livres ne fait pas partie de vos objectifs de la journée, je vous recommande tout de même d'aller visiter le jardin de la médiathèque. Sa cour se situe le long du mur de droite lorsque vous entrez dans le bâtiment.

N'hésitez pas à demander à l'accueil de vous ouvrir la porte si elle est verrouillée.

Cour extérieure de la médiathèque

L'espace vert est réparti sur deux niveaux.

Jardin suspendu de la médiathèque

La surprise se situe au niveau de la terrasse haute, qui culmine la ville de peu.

Jardin suspendu de la médiathèque

Aux alentours de l'ancien hôpital

L'ancien hôpital a été bâti sur le point culminant de la colline. En attente d'une démolition, vous ne pourrez malheureusement pas vous approcher des rambardes du plateau : des grilles en restreignent les abords.

Néanmoins il existe des bons points de vue dans les environs immédiats comme ici la rue des Jacobins, attenante au portail arrière de l'ancien hôpital.

Rue des Jacobins

Juste à côté débute la Ruelle de l'Hospice. Il s'agit d'un escalier qui descend au pied de la colline. Là, depuis un square situé à mi-chemin, il est possible d'observer l'église Saint-Pierre au loin.

Eglise Sainte-Pierre

UN PASSÉ ROMAIN

Le passé de Saintes est fortement intriqué avec ses origines antiques. Plusieurs fragments du passé viennent rappeler que la ville a été la première capitale romaine d'Aquitaine. Sans être exhaustif, les vestiges majeurs sont :

  • l'arc de Germanicus
  • l'amphithéâtre gallo-romain
  • les termes
  • un fragment de muraille

L'arc de Germanicus

J'ai toujours cru qu'il s’agissait d'un arc de triomphe, à tort. En fait il ne célèbre pas une victoire mais une personne, "Germanicus César", le petit fils de l'empereur Auguste. A l'origine cet arc de 15x16 mètres était à l'entrée d'un pont qui n'existe plus.

Devenu vétuste, ce pont a été remplacé un peu plus en aval sur la rivière, puis démoli. L'arc a quant à lui été sauvé par Prospère Mérimée qui l'a classé en tant que monument historique. Aujourd'hui l'Arc de Germanicus est l'un des symboles de Saintes.

Arc de triomphe à Saintes

Un ravalement récent l'a débarrassé de ses mousses et ses pierres sont maintenant bien blanches.

Arc de triomphe à Saintes

 L'amphithéâtre gallo-romain

L'amphithéâtre de Saintes est en retrait dans la ville, il est peu probable de tomber dessus sans le rechercher explicitement. Pourtant il s'agit d'un lieu fascinant.

Il a été aménagé au creux d'un vallon naturel. Les parties Nord et Sud de l'amphithéâtre sont creusées dans le vallon, tandis que la partie Ouest a été adossée contre un remblais. Seul le mur Est (au fond sur la photo) a été érigé depuis le niveau 0 de l'arène. 

Arènes de Saintes

Le monument constituait un oval de 126x106 mètres d'envergure. Mais ce qui est le plus surprenant c'est que les gradins montaient 2 fois plus haut que la structure actuelle. Ils pouvaient accueillir entre 12 000 et 15 000 spectateurs, soit à peu près la population estimative de Saintes à cette époque !

Arène de Saintes

Saintes finit par décliner au 3eme siècle et la population diminue. L'arène se retrouve alors en rase campagne jusqu'au 20eme siècle, où la ville s'étend de nouveau autour. Entre-temps l'amphithéâtre a été démantelé pour ses pierres et c'est un coup de chance d'avoir encore quelques structures en place.

Arène de Saintes

A partir du 20eme siècle la ville de Saintes décide de réhabiliter ce lieu. Comme il ne reste plus aucun gradin, elle fait installer 4 nouvelles rangées au plus près de l'arène (ci-dessous).

Diverses manifestations sont organisées en période estivales : concerts, récitals, pièces de théâtre, récits de contes, etc.

Arène de Saintes

Si vous voulez en savoir plus sur ce lieu je vous recommande la lecture de l'article sur mediolanum-santonum.fr ainsi que la plaquette du département dans les liens ci-dessous.

Quelques liens

Partager ce bel article

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot jjovd ? :